Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































lundi 4 février 2013

On va au théâtre à Madrid


Retrouvez au théâtre Valle-Inclán cette pièce en espagnol.

Le Malentendu est une pièce en trois actes écrite en 1941, sous l'occupation allemande, au début de la seconde guerre mondiale. Elle traite de l'exil, de la solitude, du deséspoir, de l'incommunicabilité et de l'enfermement. Elle fait partie du cycle de l'absurde.

 Martha et sa mère tiennent une auberge en Bohème, sur une terre sans horizon, dans une ville pluvieuse et rêvent de s'installer au soleil, devant la mer. Elles attendent les clients seuls et riches qu'elles pourront dépouiller après les avoir assassinés. Jan, leur frère et fils revient après des années d'absence en fils prodigue et veut se faire reconnaitre sans dire son nom.
Sa femme Maria le dépose à contre coeur à l'auberge, dérangée par son mensonge. Il remplit la fiche de renseignements et s'entretient avec Maria des règles de conversation et des conventions respectables à l'hôtel.
Martha prend note de ces informations sans les vérifier sur son passeport. A regret, elle remet au lendemain le projet de crime. Mais le malentendu se confirme lorsque Martha vient vérifier l'état de la chambre et qu'avec Jan ils s'entretiennent sur leur pays respectif. Plus tard, pour se rapprocher d'elle, il sonne le vieux domestique, inquiétant par son silence, son mutisme. Martha monte une théière contenant de la drogue et les tentatives de sa mère pour l'empêcher de boire seront vaines.
Le texte décrit la progression de la méthode éprouvée par les deux femmes, sans qu'à aucun moment elles ne se souviennent de lui. Elles le tuent avec la complicité du vieux domestique puis réalisent qu'il s'agit de leur frère et fils. Elles se suicident alors, leurs projets effondrés, après que Martha eût avoué le crime à Maria venue rejoindre son mari.
Désespérée par la mort, le non sens et l'absurdité de ce geste, Maria n'obtient aucune aide du vieux domestique. La pièce serait inspirée d'un fait divers réel. L'auberge est un théâtre tragique où le passant rencontre la mort. La mécanique criminelle se met en route progressivement, à huis clos.

Cette pièce ne manque pas de suspense ni d'ambivalence. Il existe une véritable opposition entre les espoirs de Jan, en quête affective, qui espère retrouver les siens et la froideur de ces femmes désillusionnées, notamment de Martha qui lui oppose des défenses conventionnelles et cherche le bonheur à travers l'argent et le confort. La communication est rendue totalement impossible, y compris entre les deux femmes, confrontées à leur propre solitude et à l'absurdité de leur condition.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire