Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































mercredi 9 octobre 2013

Participez au débat: le travail le dimanche et le soir

Sauf surprise, la justice devrait confirmer mercredi l'interdiction de l'ouverture au-delà de 21 heures pour le parfumeur Sephora situé sur les Champs-Elysées.

Reste t-il malgré tout des magasins ouverts une fois la nuit tombée ? Reportage à Paris.


Sur les 300 magasins Monoprix de France, presque un tiers fermait jusqu'à présent à 22h. Dorénavant, l'enseigne devra fermer à 21h. La mesure touche 1500 salariés, tous volontaires selon la direction.


94 des 287 magasins Monoprix, qui fermaient jusqu'à présent après 21h, vont devoir cesser cette pratique. Cette décision représente un "manque à gagner substantiel", selon l'enseigne.
Les supermarchés Monoprix vont devoir baisser leurs rideaux au plus tard à 21H00 dans tout le pays, la CGT ayant bloqué un nouvel accord négocié sur les horaires nocturnes.
Sur les quelque 287 magasins Monoprix existant en France, 94 pratiquaient jusqu'à présent des ouvertures au-delà de 21h et devront ainsi restreindre leurs horaires du soir. "Bien sûr, cette tranche horaire ne représente pas 30% de notre chiffre d'affaires* mais c'est tout de même un manque à gagner substantiel", déclare un porte-parole de l'enseigne contacté par MYTF1News.

Monoprix déplore aussi la disparition d'un "service rendu aux clients". L'ouverture des magasins jusqu'à 22 heures "répond à une vraie demande des urbains et à une évolution de la société", explique le porte-parole qui rappelle que les 13 Daily Monop' et les 50 Monop' ne sont pas concernés. Ces derniers "seront toujours ouverts jusqu'à minuit". Monoprix est une des premières enseignes à avoir ouvert ses magasins si tard. Le groupe a commencé à le faire "au début des années 2000 et un premier accord avait été signé en 2006", détaille-t-on au siège.

Cet impact sur le chiffre d'affaires de Monoprix ne surprend pas Gabriel Tabolaris, expert en consommation au Credoc. "Cette tranche horaire satisfait une clientèle qui ne veut pas et ne peut pas faire ses courses à un autre moment de la journée", explique-t-il. Conséquences pour l'enseigne : "Les consommateurs vont se tourner vers la concurrence car ils ne voudront pas, pour autant, changer leurs habitudes".
A Paris, plusieurs enseignes font des nocturnes, selon les quartiers : Carrefour market, Carrefour City, Casino, Franprix etc... Ces clients nocturnes ne seront-ils pas tentés d'acheter sur Internet ? "Non, car on ne fait pas ses courses en ligne pour les mêmes raisons. Sur Internet, on achète des produits non périssables alors qu'on achète plus du frais en magasin".
En revanche, l'expert en consommation juge qu'une fermeture plus tôt des magasins "n'entachera pas l'image de la marque Monoprix".
 

Et le dimanche:
Quelques jours après Sephora, condamné à fermer après 21h son magasin des Champs-Elysées, Castorama et Leroy Merlin ont été à leur tour contraints de fermer leurs magasins franciliens le dimanche, deux décisions qui relancent la polémique sur l'actuelle législation.

Quinze magasins de Castorama et Leroy Merlin en Ile-de-France vont devoir cesser d'ouvrir le dimanche, selon une décision du tribunal de commerce de Bobigny. "Il ne nous appartient pas de commenter une décision de justice, la loi s'applique (...) Pour autant, là clairement on a des emplois en danger ! Dès dimanche, si des magasins ferment, des gens vont gagner moins d'argent", s'est emporté Gérald Fillon, salarié de l'enseigne de bricolage Leroy Merlin et membre du collectif en faveur du travail dominical Les Bricoleurs du dimanche. 
 
Comme dimanche dernier, et malgré l'interdiction prononcée par la justice, Castorama a ouvert 5 de ses 6 magasins en Ile-de-France. Seul le magasin de Villetaneuse reste fermé.
Leroy Merlin a également ouvert ses neuf magasins franciliens. Ils restent ouvert. Coûte que coûte.

Frappée par la justice d'une interdiction de travail dominical, l'enseigne de bricolage Castorama a malgré tout ouvert ce dimanche cinq de ses six magasins franciliens. L'enseigne tente d'obtenir des autorisations et sinon utilisera son droit à ouvrir 5 dimanches dans l'année, précise une source en interne.
  Seul le magasin de Villetaneuse, en Seine-Saint-Denis, déjà sous le coup d'une précédente décision de justice de décembre 2012, reste, lui, fermé. Pour les cinq autres magasins concernés par l'ordonnance du 26 septembre, l'enseigne a déjà obtenu certaines autorisations et dérogations de la part des préfets.

La justice avait été saisie par un de leurs concurrents, Bricorama, qui lui s'était vu interdire d'ouvrir ses magasins franciliens le dimanche, à la demande d'un syndicat, et qui s'estimait ainsi lésé. Leroy Merlin et Castorama ont fait appel de cette décision, dénonçant "l'imbroglio hallucinant" qui règne entre les différentes autorisations d'ouvertures et dérogations.

Dimanche dernier déjà, elles avaient bravé cette interdiction d'ouverture, provoquant un rappel à l'ordre du gouvernement, qui s'était réuni en urgence lundi pour discuter de cette question. Une mission de concertation sur cette question du travail dominical a été confiée à l'ancien président de La Poste, Jean-Paul Bailly, dont les conclusions sont attendues pour fin novembre.





Mais que pensent les Français?

Le travail le dimanche . Oui, mais... Selon un sondage BVA pour i-Télé diffusé samedi, si une majorité de Français (56%) refusent de travailler dimanche, ils sont près des deux tiers (63%) à en accepter l'idée  si on propose en contrepartie un doublement de salaire ou un repos compensateur.

A la question: "Vous personnellement seriez-vous d'accord pour travailler régulièrement le dimanche", 56% des sondés ont répondu "non", 43% "oui". En revanche, ils se montrent plus favorables si le travail dominical ouvrait "droit à des contreparties comme par exemple le doublement du salaire et du repos compensateur". Dans ce cas 63% des personnes interrogées acceptent de travailler régulièrement dimanche et 35% non.

Enfin, en tant que clients, les Français adhèrent à l'idée d'une ouverture dominicale des enseignes. Quand on leur demande s'ils sont d'une manière générale "favorables ou opposés à ce que les magasins qui le souhaitent puissent ouvrir le dimanche", 69% y sont favorables et 31% opposés.

Mais qui travaille le dimanche? C'est ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire