Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































mardi 13 janvier 2015

Discours et hommage aux policiers tués mercredi et jeudi

Voici le discours du président de la république:



"Ils sont morts pour que nous puissions vivre libres"
Le président de la République a salué en fin de matinée les trois policiers tués par les frères Kouachi et Amédy Coulibaly. François Hollande a détaillé durant une demi-heure les origines et les carrières de "Clarissa, Franck et Ahmed", et a prononcé un éloge de la laïcité. "Toutes les religions sont protégées, tous les citoyens, qu'ils croient ou qu'ils ne croient pas, vivent ensemble la laïcité pour laquelle (un des trois policiers) Ahmed Merabet est tombé", a notamment déclaré le chef de l'Etat. "Lui savait mieux que quiconque que l'islamisme radical n'a rien à voir avec l'islam et que le fanatisme tue des Musulmans : c'est vrai en Afrique, c'est vrai en Irak, c'est vrai en Syrie, c'est vrai en France".



En milieu d'après-midi, c'est l'Assemblée nationale qui a rendu hommage aux victimes. Après une minute de silence, une Marseillaise improvisée est peu à peu sortie des rangs pour être reprise par l'ensemble des députés.

Manuel Valls a ensuite pris la parole pour annoncer une série de mesures destinées à lutter contre le terrorisme. Le Premier ministre en a profité, au cours d'un discours très applaudi, pour appeler à lutter contre l'antisémitisme et à protéger les "compatriotes musulmans". "L'Histoire nous l'a montré, le réveil de l'antisémitisme, c'est le symptôme d'une crise de la démocratie, d'une crise de la République", a-t-il lancé visiblement ému, avant de poursuivre. "Des actes anti-musulmans, inadmissibles, intolérables se sont produits ces derniers jours. Là aussi, s'attaquer à une mosquée, à une église, à un lieu de culte, profaner un cimetière, c'est une offense à nos valeurs".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire