Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































jeudi 7 février 2013

Air food Project

Voici une vidéo pour soutenir le projet.





Voici une explication:

Les principales associations caritatives françaises ont lancé lundi un appel à la mobilisation pour défendre le programme européen d'aides aux plus démunis (PEAD) – qui permet de distribuerdes repas aux personnes dans le besoin – en sursis jusqu'à fin 2013.

Les associations estiment que cette aide"représente de 23 % à 50 % des denrées alimentaires distribuées, soit 130 millions de repas qui risquent de disparaître dans un an". La Croix-Rouge française, les Restos du cœur, le Secours populaire et la Fédération française des banques alimentaires veulent "interpeller les pouvoirs publics et mettreles décideurs européens face à leurs responsabilités dans un contexte de crise économique – et donc humanitaire – aggravé".

Elles appellent les citoyens à se filmeralors qu'il font semblant de mangerle contenu d'une assiette vide puis à posterla vidéo sur Internet. Un site internet (The Airfood Project.com), une page facebooket le mot-clé #airfood sur Twitteront également été lancés pour défendre le PEAD.
18 MILLIONS D'EUROPÉENS CONCERNÉS Ce programme est en sursis depuis que l'Allemagnea réclamé en 2011 la fin du financement communautaire du PEAD, arguant que l'aide sociale relevait des Etats et non de l'Union européenne(UE).

Après deux mois de blocage, les eurodéputés avaient donné fin novembre 2011 leur feu vert au maintien pour deux ans de ce programme doté de près de 500 millions d'euros annuels – dont 70 millions pour la France –, mais l'UE ne devrait plus le financerà partirde 2014. "Si un nouveau programme n'est pas voté par les chefs d'Etat ou de gouvernement avant décembre 2012, notamment à l'occasion de la finalisation du budget européen pour les sept ans à venir, l'aide alimentaire à l'échelon européen disparaîtra totalement et irrémédiablement un an plus tard", ont rappelé ces associations. Le gouvernement français s'est engagé début octobre à défendre au niveau de la Commission européenne le PEAD, qui finance l'aide alimentaire apportée à 18 millions d'Européens pauvres.


Ce que réclamme les associations c'est:

Dernière ligne droite pour sauver le programme européen d'aide alimentaire aux plus démunis ! Les quatre associations françaises d'aide alimentaire se sont unies à leur homologue allemand, Die Tafeln, pour porter leur message auprès du Président du Parlement européen, Monsieur Martin Schulz, qui les a reçues, à Bruxelles, ce mercredi 9 janvier Mr Schulz a affirmé son soutien à la cause des plus démunis portée par les associations présentes.

Il s'est prononcé pour le vote d'un budget à la hauteur des besoins, c’est-à-dire au moins équivalent au budget actuel, considérant que l'Europe se doit de rétablir un équilibre social. Les cinq associations saluent cette initiative fortement symbolique, claire et courageuse et restent résolument mobilisées afin d’obtenir un vote favorable des chefs d’Etats.
 
Elles ont bénéficié d'un accueil chaleureux et d'une grande écoute concernant leurs préoccupations grandissantes à la veille du Conseil européen des 7 et 8 février prochain durant lequel le budget du futur programme sera discuté.

Elles ont avancé les chiffres d'une augmentation toujours plus inquiétante du nombre de personnes venant chercher de l'aide de plus de 10% par rapport à l'année passée. Ce constat alarmant s'inscrit en contradiction forte avec la volonté de certains Etats de supprimer ce programme, bénéficiant à 18 millions d'Européens depuis plus de 25 ans et dont le coût n'est pourtant que d'1 euro par an et par Européen.
 
En imaginant que le Conseil européen supprime ou diminue le budget de cette aide, le coût économique et social en serait considérablement plus élevé que si l'on maintenait ce programme. De même, les répercussions écologiques (sur le développement durable, la lutte contre le gaspillage…) ainsi qu’en matière de santé seraient catastrophiques. Bien au-delà, une telle décision conduirait à un véritable tsunami alimentaire et au retour de carences alimentaires graves sur notre continent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire