Maison Celte

Maison Celte
Kérhinet

BIENVENUE

L'objectif de ce blog est de vous donner un support supplémentaire aux cours et de vous permettre depuis chez vous de travailler, de consulter des pages et des vidéos utilisées en classe.



Bonne navigation!































lundi 26 septembre 2011

L'affaire Karachi

Le gouvernement actuel est secoué par cette affaire mais savez-vous de quoi il s'agit?
Retrouvez des articles sur ce thème, dans
20 minutes, dans ce même journal, dans Le Parisien et dans le nouvel obs.
Voici un petit résumé de l'histoire.

En Septembre 1994, un contrat Agosta, signé par le gouvernement Balladur, prévoit la vente par la France de trois sous-marins d'attaque de type Agosta 90B au Pakistan. Montant du contrat : 5,5 milliards de francs (826 millions d'euros). La France est en concurrence avec plusieurs pays : pour décrocher le marché, le contrat prévoit des commissions équivalant à 10,25% du montant de la vente. La plupart ont été versées. Selon plusieurs acteurs de l'époque, l'Arabie saoudite aurait pu payer en partie en lieu et place du Pakistan.

En Novembre 1994, le contrat Sawari II, conclu par le gouvernement Balladur toujours, porte sur la vente à l'Arabie saoudite de trois frégates La Fayette pour un montant d'environ 19 milliards de francs (près de 3 milliards d'euros). Le montant des commissions s'élève à 18% du montant du contrat, selon un responsable de la Direction des constructions navales (DCN). Mais un montant important de ces paiements n'a finalement pas été honoré.

En Mai 1995,Jacques Chirac est élu à l'Elysée, et décide de stopper le versement des commissions dans le cadre des contrats Agosta et Sawari II : il soupçonne Edouard Balladur d'avoir financé sa campagne grâce à des rétrocommissions.

ENfin, en 8 mai 2002, une voiture piégée fait exploser le bus de la Direction des Constructions navales (DCN) devant l'hôtel Sheraton de Karachi. 14 personnes sont tuées, dont 11 Français employés de la DCN, travaillant à la construction de sous-marins dans le cadre d'un contrat avec le Pakistan, et quatre Pakistanais.

On soupçonne aujourd'hui que cet attentat aurait eu lieu à cause de l'arrêt des versements des rétrocommission.

L'affaire est donc en cours et la justice interroge les témoin. Affaire à suivre donc!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire